Sur le chemin de la ville


Piétons, si vous aimez lire, lisez le livre d'Anne Botlan sur les « chemins » de sa ville, Paris, à pied. Comme tous les piétons, Anne Boltan y marche pour aller travailler et mener ses activités quotidiennes. Elle part explorer les rues de son quartier, les quatre coins de la cité ou la banlieue.

L'association se reconnait dans certaines de ses interpellations :

De grâce, messieurs les aménageurs, faites quelque chose pour les piétons ! On ne demande pas grand chose, juste de pouvoir marcher dans nos villes.

L'auteur souligne qu'elle est revenue à l'une des activités les plus simples, les plus ancestrales et les plus primitives de l'homme; celle qu'il exerce avec joie dès son plus jeune âge : la marche. Comme nous tous, elle alerte sur cette poubelle mal placée, ce vélo mal accroché, à ce porche qui s'ouvre, à cette terrasse qui dépasse, à cet escalier qui fait des croche-pieds.

Pour Anne Botlan, le miracle, ce n'était pas le fait de marcher, mais le fait de redonner à la marche à pied sa place dans la vie de tous les jours, ici dans la ville. Elle interpelle les urbanistes : l'ami  urbaniste, il se trouve que le piéton a horreur de marcher là où tout est prévu... Le piéton est assez simple, vois-tu l'ami urbaniste, il aime bien marcher parce qu'il va trouver ..justement, il ne sait pas quoi. Le piéton est assez proche de l'animal....

Autres citations :

La marche vous rend à votre nature d'homme, tout simplement.

Etre marcheur des villes, c'est une posture, un état d'esprit

Les marches entreprises pour aller quelque part sont les plus fructueuses.

Vous êtes un piéton dans la foule, un élément dans la multitude

Citoyen veut dire habitant de la cité.... Pour nous, citoyen, notre temple est dans la rue.

Sur les chemins de la ville - Anne BOTLAN - Edition Les impliqués Editeur

 

J'ai une grande sympathie pour cette petite fille...C'est parce que le chemin de l'école est le premier de tous, celui sur lequel on apprend à marcher.

Pic

Haut
Back to top