Quinze propositions pour des aménagements transitoires en faveur des piétons


Les objectifs de distanciation physique en période de confinement provoquent des ajustements des usages de l'espace public : files d'attentes devant des magasins, piétons marchant sur des chaussées sans trafic, promiscuité gênée à l'attente de feu vert piéton...
Pour anticiper la phase de déconfinement, quelques pistes ont ét explorée par le CEREMA explorées afin de concilier cheminement, attente des piétons, et distanciation physique.

.

Les mesures de confinement ont entraîné une diminution importante des déplacements , en particulier motorisés et en transport public. En parallèle, la part des déplacements courts a progressé, ce qui réinterroge la "marchabilité" de nos espaces publics, trottoirs, cheminements piétons...

Lors de la phase de déconfinement, les contraintes de distanciation physique et l'augmentation progressive des flux vont générer des adaptations des usages, parfois des réaménagements et de nouveaux  questionnements :

  • Est-ce que les règles existantes (accessibilité notamment) sont suffisantes pour assurer des cheminements "sûrs" au sens de ses nouvelles exigences sanitaires ?

  • Comment créer plus de lieux d’attentes pour les piétons lors de la réouverture des écoles, équipements, commerces tout en limitant la promiscuité entre piétons ?

  • Comment permettre aux piétons de se déplacer plus librement sans créer de situation accidentogène ?

  • Comment adapter les aménagements rapidement tout en limitant les interventions des agents des collectivités ?

Lien vers le CEREMA

23 avril 2020

Pic

Haut
Back to top