Adhérer

L'association nationale

Qui sommes-nous ?

L’association nationale « Les Droits du piéton » a été crée en 1959 et est une association non subventionnée et déclarée d’intérêt général, les cotisations et/ou dons sont soumis au régime de la réduction fiscale.

Elle est dirigée par une équipe de bénévoles venant de la société civile, du juridique, et de la fonction publique d'Etat.

Membre du « collectif pour une France accessible » et de la cellule de coordination, (collectifpourunefranceaccessible.blogs.apf.asso.fr). Ce Collectif regroupe une quarantaine d’associations liées aux personnes en situation de handicap et autres usagers de la voirie (personnes à mobilité réduite, déficients visuels et auditifs, personnes âgées, cyclistes…)

Nous ne sommes pas encore au Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR), mais nous ne désepérons pas, voir onglet "dossier CNSR".

L’association «Les Droits du Piéton» est membre de la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports)  du Réseau Vivre Paris et de l'association Rue de l'Avenir !

Nous militons pour assurer la sécurité des piétons et assimilés, au sens de l’article R.412-34 du Code de la route.

Nous invitons les maires et les différentes collectivités territoriales (communes, communautés d’agglomérations, communautés de communes, Conseils départementaux) à tenir compte du code de la route et de la loi handicap de février 2005, dans leurs aménagements de voirie.

Nous soutenons les maires dans leur attitude courageuse à employer les moyens de verbalisation à sanctionner les contrevenants, voir ci-contre, le reportage de TF1 le 6/11/2015 à BAYON (54). À l’inverse, nous condamnons les autorités frileuses à distribuer les PV, et ne mettant pas tout en oeuvre pour la sécurité des piétons.

Adhérer ICI ou rendez-vous à l'onglet "Adhérer" pour paiement par virement bancaire

Consulter nos statuts ci-dessous en format PDF.

Que font les Droits du Piéton ?

Des interventions auprès des autorités publiques :

Les Droits du Piéton aident les usagers du domaine public à formuler auprès des autorités des réclamations concernant l’insécurité ou l’inconfort de l’aménagement du domaine piétonnier (insuffisance de passages piétonniers, carence de la réglementation, dysfonctionnement de feux rouges, laxisme dans les chantiers de travaux publics gênant la circulation des piétons, faiblesse de la répression des infractions constatées sur les trottoirs et les passages piétons).

Les Droits du Piéton font pression auprès des autorités publiques pour que des aménagements ou des améliorations soient réalisées là où des usagers ont signalés des endroits inconfortables ou dangereux.

Une réclamation formulée par un simple citoyen a en effet bien peu de chance d’être entendue par les autorités publiques. Elle en a plus lorsque cette réclamation est formulée par une association structurée reconnue et persévérante.

La représentation des piétons :

Les Droits du Piéton s’efforcent d’avoir des représentants auprès des autorités publiques, municipales, départementales, régionales et nationales, ceci afin d’être les conseillers-partenaires des autorités publiques, dans les domaines qui concernent les piétons, et l’agrément de vivre dans la Cité.

Les Droits du Piéton participent aux réunions de concertation avec les Autorités Publiques, dans le cadre des consultations préalables aux décisions concernant la réglementation, l’aménagement urbain ou celui de la voirie. Ils ont également la volonté de promouvoir des actions de prévention pour améliorer la sécurité des déplacements à pied.

Les attentes prioritaires de l’association :

Etre membre à part entière du Conseil National de Sécurité Routière afin d’assurer la représentation des usagers piétons,

  •  Disposer d’un recensement exhaustif des accidents dont sont victimes les piétons sur chaussée comme sur trottoir, qu’ils impliquent un véhicule motorisé, un engin de déplacement individuel ou un vélo,
  • Obtenir une vrai définition du trottoir intégrée à l'article R.110-2 du Code de la route,
  •  Obtenir une meilleure prise en compte des difficultés rencontrées par les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite à se déplacer à pied dans nos villes et nos bourgs dans le cadre des Plans de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics :
    •  en assurant un cheminement piéton suffisamment large, dégagé de tout obstacle et de toute circulation et stationnement de véhicules motorisés ou non,
    •  en offrant notamment des bancs et des points d’appui à des intervalles réguliers,
    •  en sécurisant les passages piétons par la limitation systématique de la longueur de traversée et par des dispositifs assurant une bonne visibilité du piéton de jour comme de nuit en attente de traversée,
    •  en organisant un contrôle périodique, obligatoire et indépendant de ces cheminements et de ces passages à l’instar des aires de jeu pour enfant.
  •  Avoir des campagnes de communication annuelle afin
    • de rappeler la prudence de tous les usagers envers les piétons et de donner à ces derniers des conseils de prévention, notamment lorsqu’ils marchent la nuit,
    • de donner des mesures de prévention pour les piétons en cas de pic de pollution.